AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 J'entends le loup, le renard et la belette | Pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eve Ghuori
- Tigre -

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 23
Localisation : Derrière toi mon lapin <3

MessageSujet: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   Dim 8 Jan - 18:43

      A chaque femme correspond un séducteur. Son bonheur, ce n'est que de le rencontrer ♥





      C’était ce que l’on pouvait appeler une belle journée. Le soleil brillait haut dans le ciel, sa chaleur caressant la peau des gens qui déambulaient dans la rue, quelques nuages d’un blanc parfait dérivant lentement au rythme du vent. Vraiment, la température était idéale. Tout aurait pu être parfait, vraiment, mais la perfection n’étant pas de ce monde, il y avait une chose, un petit hic, quelque chose qui dérangeait le jeune homme. Il était assis à une table où les serveurs et serveuses ont un sourire trop joyeux... trop pour lui. Malgré le bon climat qui s'était posé en ce jour, notre héros n'était décidément pas d'humeur. Seul son familier aux oreilles pointues semblaient de bonne humeur et draguait une minette non loin de lui.

      "Des pommes, messieurs et mesdames, des pommes bien rouges !"

      Ah... la souffrance des cris de marchands dans les villes pleines de magasins divers. Il n'aimait pas ces cris, il trouvait cela idiot de penser attirer le client en criant plus fort que le marchand d'à côté. Normalement c'est le client qui devrait y venir si cela l'intéresse et non pas pour perdre ses tympans un jour de si beau soleil. C'est donc les sourcils froncés qu'il arpentait les rues derrière un homme plein de charisme. Des fruits, des tissus, des vêtements, des armes... tellement de choses exposés dans les rues pouvant attirer les divers lapins affolés sautant dans tout les sens pour faire affaire. D'ailleurs il y avait de tout comme lapins : des hommes d'affaire pressés mais heureux de contribuer à l'économie mondiale dans une rue sympathique, des écrivains romantiques cherchant l'inspiration entre dix lapins en sueur, des anciens cherchant l'élixir de jouvence chez un marchand bien dodu... Le jeune homme rêveur se plaisait à regarder les gens sans pour autant aimer y faire partie. C'est donc sur des pas rapide que le jeune se dirigea vers un lieu un peu plus calme pour continuer sur ses pensées... D'ailleurs celles ci ne sont pas roses... *C'est vrai, ma vie n'était pas si mal. Je ne devrais pas me plaindre parce que d'autres en ont plus besoin que moi. Pourtant je suis plus malheureux qu'un forgeron qui rêvait de l'être ou une jeune femme devenu éleveuse de moutons parce qu'elle a toujours aimé ces animaux... Je n'ai pas put atteindre mon rêve depuis que je suis enfant. N'est ce pas malheureux ?*

      Fatigué de toute cette course, le jeune homme rentra dans une petite ruelle amenant à un terreplein d'herbe, l'idéal pour respirer un bon coup. Il soupira doucement lorsque l'ombre vint se poser sur ses épaules, le calmant ainsi de l'excitation des rues bondées. Il arriva enfin devant la belle surface bleutée, il regarda l'eau couler puis s'assit confortablement sur le rebord, dos à tout le bruit, les cris... Il était maintenant immobile, les yeux écarquillés. Sans penser où il allait, il avait marché, marché sans s'en rendre vraiment compte. Enfin ce n'est pas comme s'il avait quelque part où aller de toute façon... Devant ses yeux s'étendait une forêt intense où la verdure était tout aussi luxuriante que dans une jungle. Mais où était il tombé ? Un sentiment de paix et d'inquiétude se mélait en plus de ses froides pensées.

      Pas de belles pensées positives pour commencer la journée, c'est plutôt dommage n'est ce pas... Dans tous les cas, il faut garder courage et resté motivation en toutes circonstances. Gardez à l’esprit que « Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ». C'est sans doute ce que vous aimeriez lui souffler à l'oreille. Pourtant Eve ne veut pas les entendre. Pour réaliser un rêve, il ne suffit certainement pas de rêver. Il est important de se bouger et de tout mettre en œuvre pour le réaliser. Et le plus important, il ne faut pas attendre et tout remettre au lendemain. C’est ici et maintenant que ça se passe. Bref, il faut rester fixé sur l’objectif que l'on s'est fixé sans jamais le perdre de vue. Pourtant il arrive que cet objectif ne soit plus qu'un souffle irréel. Ce rêve pour l'homme ? C'était de changer la triste vie qu'il avait eu au part avant.

      Si seulement ça ne pouvait être qu'une blessure qui ai causé cette perte... Mais c'était rien de tout cela. C'était une vie à refaire, un monde étrange à parcourir, un pouvoir encore trop peu contrôlable et encore des soucis à venir. C'est vrai qu'il voit un peu noir son avenir mais que voulez vous, il vient juste de débarquer ici. Au moins, se disait il, si on ne s'accroche pas aux gens, on n'est pas triste de les perdre. Surement pensait il à ses parents. Seules personnes obligatoirement proche qu'il ai put avoir. Nous craignons tous la perte d’un être cher et les répercussions d’une telle perte dans notre vie. S’en remettre demande du temps. Nous réagissons tous différemment. C'est pour cela qu'il faut soutenir ses proches. Jamais sa mère n'avait fait l'effort de le comprendre et de le laisser devenir un jeune homme indépendant tout ça parce que son père ne le souhaitait pas. Eve ne comprendra jamais pourquoi ses parents avaient une telle passion pour leur enfant...tout comme l'incompréhension qu'ils avaient lorsqu'il se rebellait.

      Il allait jouer. Oui, faire l'enfant et gâté en plus de ça. Ou est ce plutôt de la nostalgie ? Le temps nous le dira. En tout cas il voulais avoir l'impression d'être acteur pendant qu'il avait du temps libre. Seulement, en arrivant en plein milieux de cette forêt - loin d'être rassurante - il fut déçu à l'intérieur de lui même. Une personne, une présence une ombre... une femme. Non le brun n'est pas comme vous les gars : il n'est pas forcément heureux de voir une femme lorsqu'elle l'empêche de réaliser ce qu'il souhaite là maintenant tout de suite. Le jeune homme s'approcha de la jeune femme mais s'arrêta lorsqu'il la vit commencer à tourner son visage vers lui. Il se contenta de la regarder, les yeux froncés... Toi, tu ne devrais pas déranger ma tranquillité...






Dernière édition par Eve Ghuori le Sam 28 Jan - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://overlook-hotel.forumgratuit.org/
Sia Kanehira
- Pieuvre -

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 23/12/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   Dim 8 Jan - 20:29

Affreuse et terrible journée ! Tout avait trop mal commencé pour que la jeune fille s’empêche de râler. Trop chaud, trop de lumière, pas assez de vent... Pour couronner le tout, l'homme qu'elle avait trouvé pour la guider dans son périple l'avait coiffé au poteau l'abandonnant en lisière de cette immense foret. Prétextant la dangerosité incroyable de ces quatre arbustes. Les buissons atteignaient cela-dit, facilement les cinq ou six mètre de haut pour certain d'entre eux. Et ça, notre râleuse du jour semblait l'avoir complètement zappé. L’inconsciente les nerfs à vifs s'assit en tailleur sur une racines extirpées du sol, à l'allure vipérine inquiétante. Depuis qu'elle avait eu l'imprudence d'entrer dans cette jungle, la lumière c'était faite obscurité et il régnait en ces lieux une humidité atroce. Son tout nouveau corps avait beau apprécié la proximité de l'eau, elle n'était pas forcément en accord avec celui-ci. L’espèce de ballon de baudruche flottant à ses côtés ne cherchât même pas à apaiser sa fureur. Nageant dans son océan de béatitude et d’innocence maladive, il n'ouvrit sa bouche que pour larguer quelques onomatopées enthousiastes. Ce qui contribua largement à achever notre petite jeune femme.

Dans les films, l’héroïne ne souffre jamais de l'ambiance étouffante des sous bois. Elle ne s'échauffe jamais, ne râle pas et surtout ne succombe pas à la tentation d'abandonnée. Investit d'une science bien plus profonde qu'elle, ce personnage haut en couleurs sais pertinemment qu'il ne faut pas changée de cap une fois engagé sur un sentier que l'on ne maitrise pas. Autant de choses que Sia n'avait jamais apprises et qu'elle pris dans les dents. Perdue ! Perdue... Paumée, déprimée et quelques peu énervée elle avait donc pris enfin la décision de s’arrêter.

Perchée sur son trône végétal la Kanehira employait toutes ses forces à apaiser sa colère, quitte à lacérer de ses ongles -impeccablement manucurer- l’écorce tendre de ce vénérable seigneur de la foret. C'est alors que l'évidence frappa son cerveau embrumé par la rage. Des marques... C'était bien-sur ! Tellement évident que ça aurait put devenir rageant si elle n'avait pas déjà cramer toute ses réserves de mauvaises humeurs. Elle ne ressentait à présent que la joie de cette solution. Se tortillant sur son siège, elle adopta une posture plus confortable tout en réfléchissant. Si elle devait sortir de cette maudite flore, il lui fallait une direction fixe et une piste à retrouver en cas de rechute dans ce cercle vicieux qu'est la perte d'orientation. Le sentier elle se le fabriquerait donc à coup de griffe s'il le fallait, son tout nouveau pouvoir lui permettrait assez facilement de se tailler une route à travers la broussaille. Restait donc à trouver un point cardinal à longer.

En y repensant y avait-il vraiment un Nord dans le Rêve ? Elle n'avait jamais pensé à poser cette question. Il était très étrange de ne pas savoir d'où se levait et se couchait le soleil. Ni même si c'était bien toujours à ses points là. Les jours faisaient-ils tous vraiment 24 heures ? Les étoiles étaient-elles bien les même ? Tant de questions que l'on ne se pose pas normalement, comme ci elles n'étaient pas naturel tellement leurs réponses étaient évidentes. Ce monde, ce Rêve et la richesse de ce qu'il restait à découvrir sur lui, firent tourner la tête de Sia. A moins que ce ne soit la chaleur et l'atmosphère ?

Calmée et remotivé la femme-poulpe aboya à son partenaire d’approcher. Ce dernier ne dérogeant pas à ses habitude s’exécuta lentement, très lentement, dérivant presque sans efforts vers elle. étaient-ils vraiment liés ? Peu-être qu'il était l'incarnation de tout ce qu'avait remis au lendemain la jeune fille dans sa première vie... Une fois à porté, elle se jeta sur son "ballon d’âme" et fouilla dans les sac qu'elle lui avait froidement attaché grâce à un astucieux réseau de corde. Il fallait bien qu'elle trouve une utilité à ce gros lourdaud de point faible qu'elle se coltinait à longueur de journée.

Un claquement de nageoire l'avertit d'une présence à proximité. Le signal qu'elle lui avait difficilement inculqué se révélait enfin payant. Voila, que maintenant sont point faible et porteur était officiellement devenu une alarme ! Si c'est pas génial d'avoir un gros poiscaille à soit... Émergeant sa tête de son fouillis personnel la Centhaurus-Pieuvre observa de ses yeux roses la zone que fixait lui aussi Dannan. Poisson et jeune femme tremblait à l'unisson, l'un de peur l'autre de faim. La silhouette se fit de plus en plus claire pour devenir enfin visible de près.

Un jeune homme particulièrement beau s’avançait en prince de la jungle, sa démarche ainsi que son allure était autrement plus convenable que celle gâté et émoussée par les mésaventures de notre pourtant charmante Sia. Il stoppa net son approche, observant un silence tactique tout en virant sont regard noir dans celui de la Kanehira. Décidant qu'il était parfaitement normale de faire une tel rencontre dans un lieu aussi improbable, la créature marine repris son petit manège. Elle attrapa enfin son objectif, le petit coquin s'était réfugié dans un coin, avant de se faire cueillir par la bestiole affamé qu'était en ce moment Sia. Dans un geste désespéré le futur casse-croute tenta une sortie... Hélas pour ses petites fesses de sandwiche il fut rattrapé avant de tomber dans l'humus de la jungle. Dévoré en un clin d’œil il n’eut point le temps de souffrir, et ça je vous l'assure.

Le ventre de nouveau en condition il était l'heure de prendre au sérieux son rôle d’hôtesse des lieux. Elle ouvrit donc les négociations de sa voix envoutante et chantante de femme de la mer.

- Que voila un beau jeune homme... Quel regard ! J'en frémirait presque de terreur si Dannan ne s'en chargeait déjà pas. Puis-je savoir dès à présent si vous avait l'intention de nous attaquer ? J'aimerais assez que ce ne soit pas le cas, voyez-vous.

Sur ces mots sincère au possible, la Rêveuse descendit de son perchoir qui retrouva avec aise sa hauteur de "vol" habituel. Elle afficha -dans un mélange de désespoir et d'audace- sa vulnérabilité au grand jour. Si on peu parler de jour dans une foret aussi obscure que celle-ci...

_________________
L'urgent est fait, l'impossible est en cours. Pour les miracles, prévoir un délai...

Shazoo
Revenir en haut Aller en bas
Mrs. Judge
Xx Le Juge Suprême xX

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   Mer 11 Jan - 16:55

Ô que les Cimérables étaient sombres et mystérieux! On pouvait y voir les lumières mystiques jetés par les arbres sur les différentes petits sentiers et autres plantes, éclairant de cette seule lumière, toute cette forêt épaisse et étouffante. La traverser était une aventure, une aventure à haut risque car il fallait éviter de se faire voir et remarquer par le roi des lieux: le Grand Méchant Loup... Il fallait aussi éviter les autres créatures qui peuplent le Rêve qui dévore, tue et chasse chaque prisonnier du Rêve. Ainsi, sautant de branches en branches, s'aventurait un étrange personnage, riant aux éclats et passant entre les feuilles, entre la lumières et les ombres, se faisant songe même d'un Rêve dans lequel elle se plaisait, s’épanouissait avec grâce et bonheur. Parfois, si on tendait l'oreille, on pouvait entendre un rire, quelques cliquetis et si on y regardait bien, on pouvait y voir un éclat métallique, une mèche de cheveux rose bonbon ou même, encore, un bout de pieds, une main, un nez, et une joue déformée d'un large sourire.
Le vent était son compagnon, et ainsi, s'accrochant aux arbres et tenant à coeur de ne pas poser pieds à terre, une forme pas plus grande qu'un enfant, volait presque dans la forêt, entre les feuillages touffues, et semblait tout aérer dans cet espace où tout semble mourir et s’asphyxier. Si on ne voyait pas la forme fine et enfantine qui se glissait entre les arbres, on pouvait presque croire que c'était les arbres qui craquait, seul, s'étirait, se soulevait et secouait leurs feuilles dans un sursaut de vie.
Il n'y avait dans son corps, que les battements fous de son coeur acharné, que l'adrénaline qui glissait dans son sang et secouait son corps d'un frisson délicieux qui la poussait à aller plus haut et plus vite. Devant ses yeux marrons aux lueurs dorés, se balançait et frétillait son familier d'âme qui la distançait de quelques mètres et s'affolait en tout sens pour essayer de lui échapper.

« Ma-Ma-Mary! Ca suffit! S'il te plaît! C'est pl-plu-plus drôle!
- Tatatata! ♥ C'est un très bon entrainement! Puis, je m'en... NUIE! ATTRAPEEEE! »

Hurla-t-elle lorsqu'elle sauta de son dernier appuie avec toute la puissance dont pouvait faire preuve ses petites jambes fines d'enfant, elle ouvrit les bras sur son écureuil qu'elle attrapa à la volée, le plaquant contre son coeur dans un hurlement de joie.
On n'entendit de l'écureuil qu'un bruit étouffé, entre l'horreur et la surprise, alors qu'ils ne franchissent tout deux l'habit des feuillages et tombent en roulant sur le sol où, déjà, deux inconnus (prisonniers ou créatures ?) étaient entrain de se rencontrer.
L'attache de la cuillère géante de l'enfant avait lâché dans la chute et cette dernière avait roulé dans la poussière. L'enfante n'avait pas plus de douze année de vie, son visage s'était crispé et refermé sous la douleur, serrant avec raideur son petit familier d'âme contre elle si fort qu'il faillit étouffer et se débattait de toutes sa hargne pour tenter d'hâper un peu d'air.

« Ma-ry! Ma-ry! Tu m'étouffes! »

L'enfant couvert de poussière ouvra subitement les yeux et les bras en même temps, se redressant sur ses coudes. Elle eut une brève expression de surprise et d'étonnement, découvrant les autres personnes, l'une était assise sur son tronc d'arbre, perché, accompagné d'un gros poissons qui bullait tranquillement dans l'air.
Mary tourna la tête de l'autre côté et découvrit un vagabond à l'air hagard qui ne semblait pas savoir où aller et où il était réellement. Elle plissa les yeux, fit un léger va et vient du regard, tournant sa tête lentement des deux prisonniers alors que son écureuil toussait et reprenait son souffle avec une tête à faire peur (si les écureuils peuvent faire peur, toute fois...).
Mary se releva enfin, s'assit en tailleur dans un silence dés plus religieux, continuant d'épier l'un et l'autre avec curiosité.

« Ooooh! Boooon-jouuur! Je savais pas que y avait des gens qui se baladait souvent dans les Cimérables sans avoir peur du Grand Méchant Loup! Hahahaa! J'espère qu'il ne viendra pas mettre son gros museau dehors aujourd'hui! Je suis Mary! Et voici...
- MARY! Tu es dingue oui ? Je ne m'amuse plus de tes petits jeux sournois pour me traquer et d'entraîner à je ne sais quoi!! D'accord, tu t'ennuies, mais c'est pas ma faute! Alors arrête, je t'en prie, de me traumatiser et me persécuter! »

L'écureuil n'avait pas encore remarqué les autres personnes dans le petit espace à peu près clairsemé et criait avec une voix étouffé sur la petite Mary, la pointant d'une griffe accusatrice, une grimace sur le museau et l'autre patte sur sa gorge douloureuse. Mary roula des yeux, avant de soupirer, elle fixa l'écureuil, levant un sourcil.

« Et ça, c'est Sir Raÿms, mon familier. Et vous, vous êtes qui ? Qu'est-ce que vous faîtes ici ? »

Le Familier se surprit à hoqueter d'horreur en voyant sa maîtresse ignorer sa réplique. Le doux petit animal s'assit en ronchonnant, sa queue lui servant de masque, boudant, enfant puéril gardien d'une enfante sans écaille, sans pelage, ni oreilles, ni pupilles fendues.
Mais qui était cette enfante ?
Revenir en haut Aller en bas
http://revesdenfant.forumactif.com
Eve Ghuori
- Tigre -

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 23
Localisation : Derrière toi mon lapin <3

MessageSujet: Re: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   Sam 28 Jan - 22:34

      Dans la jungle, terrible jungle, la vantardise est morte ce soir ♥




      Voilà de ça quelques jours qu'il marchait, il y avait comme un parfum de liberté qui flottait dans l'air...ou pas. Cela sentait plutôt l'humidité et de chien mouillé. Depuis le temps qu'il marchais, il ne savait pas vraiment où il était -pas du tout même-. Les arbres étaient de tailles démesurées. Il n'en revenait pas comment avaient-ils poussé autant c'était inimaginable et il n'était pas aux bouts de ses surprises... Il était maintenant entré dans la forêt -jungle serait plus proche de la vérité ma fois- le laissant de plus en plus bouche bais aux mesures de son avancer au sein de celle-ci. Il y découvrit bien des choses et dans cette forêt il n'y avait pas que les arbres qui étaient immense mais toute sorte de choses, des champignons, des fleurs et bien d'autres encore. Parmi tout ça il avait oublié de se chercher quelque chose à manger et son ventre se faisait entendre et de plus en plus fort à chaque mouvement qu'il faisait.

      Le jeune homme étouffa un hoquet de stupeur en voyant une étrange créature se battre contre une redoutables adversaire qui essayait visiblement de la tuer. Ce fut d'ailleurs fait en un rien de temps. Il soupira lorsque cette curieuse créature vint lui parler. On ne peut pas être tranquille même en forêt...bon faut avouer qu'il avait un peu peur. Avouez que ce n'est pas tout les jours qu'on peut croiser ce genre de peluche qui parle. Si on proposait l'idée aux chinois, je suis sure qu'ils pourront faire fortune. Enfin bref, le moment n'est pas au débat économique mais bien à une discussion pour sauver sa peau ...ou gagner du temps avant de rendre l'âme. Non rassuré, le jeune homme ne le montrait pas et restait de glace face à elle tout en répondant :

      « Enchanté mademoiselle. » dit il avec une légère courbette avant de poursuivre, une fois relevé : « Je suis heureux d'avoir des compliments de votre part sur mon regard et mon physique en général même si je sais très bien de quel beauté il sont fait. »

      Bon il se la pétait un peu, mais il fallait bien ça pour se faire un nom. En tous cas, quoi qu'il arrive sa réputation gonflerait incontestablement, que ce soit en bon ou en mauvais. Après tout, il n'y a pas de mauvaise pub. Il poursuivit, étonné de la question de la jeune femme :

      « Hmm... si je vous disais qu'en cet instant j'ai surtout envie de manger un bon morceau de viande aromatisé aux herbes du coin pour me plonger dans les coutumes du pays, vous me répondez quoi ? Si vous pensez vraiment que j'ai l'air d'un homme avide de combat et qui tire sur tout ce qui bouge, vous vous trompez sur mon compte » termina t-il avec une fausse voix boudeuse.

      Ceci étant fait, il s'éloigna de quelques mètres de la jeune femme. Il avait besoin de repos, et pas qu'un peu ... Comme la discussion sera surement longue, il avait envie d'un canapé confortable pour continuer. Il voulait se laisser embarquer par ce doux plaisir qu'est le sommeil. Il avait fait pas mal de choses cette nuit, elle n'aura pas été inutile au moins. Malheureusement sont idée fut arrêté en plein élan. Une autre jeune fille venait de faire son apparition sur la scène. Aux allures de poupée, elle était pourvue d'une voix avec une touche de sadisme -ou supériorité, je ne saurais le dire- qui fit froncer des sourcils, notre héros. Ce dernier la fixait avant de reporter un instant sur un écureuil énervé et en piteux état. Est ce que c'était un animal comme Pheonix ? Tant de questions sans réponses depuis son arrivée... Finalement, la vie ici allait surement être beaucoup plus palpitante que sa vraie vie, mais il ne s'en plaignait pas, bien au contraire... Oh mais où est Pheonix d'ailleurs ? Eve avait encore peu l'habitude de surveiller quelqu'un d'autre. Surtout un animal aussi petit qu'un chat. Toute façon s'il venait à se plaindre d'une mauvaise attention de l'humain, il pouvait toujours être heureux d'être encore intacte au contraire ce rongeur roux torturé la poupée. Cette dernière prit la parole :

      « Ooooh! Boooon-jouuur! Je savais pas que y avait des gens qui se baladait souvent dans les Cimérables sans avoir peur du Grand Méchant Loup! Hahahaa! J'espère qu'il ne viendra pas mettre son gros museau dehors aujourd'hui! Je suis Mary! Et voici... »

      Elle dut s'arrêter pour laisser son familier parler un court instant avant de poursuivre sans lui répondre le moins du monde :

      « Et ça, c'est Sir Raÿms, mon familier. Et vous, vous êtes qui ? Qu'est-ce que vous faîtes ici ? »

      Plus les choses avançaient et plus il était étonnamment surpris de la situation que prenait cette journée. Après tout, il n'avait rencontré que des personnes "banales" jusqu'ici. Dans cette jungle -ah! il a enfin utilisé le mot jungle- se trouvait peut être des réponses mais surtout la fin d'un ennui habituel et barbant. *surtout que j'ai deux femmes pour le prix d'une* pensa t-il, sarcastique. Un sourire naquit sur les lèvres d'Eve. Une requête tellement basique. Il soupira mais fini par répondre tout simplement :

      « Enchanté demoiselle Mary... Je ne pourrais répondre à vos deux questions sans vouloir vous vexer d'une aucune façon. La première par principe et la seconde parce que moi même je n'en connais pas la réponse. C'est la première fois que je mets les pieds ici et je cherchais simplement un endroit calme, loin des bruits douloureux des villes et troupeaux de personnes. »






    Ps ; pardon pour le retard et la petitesse de mon texte :/
Revenir en haut Aller en bas
http://overlook-hotel.forumgratuit.org/
Sia Kanehira
- Pieuvre -

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 23/12/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   Mer 4 Juil - 18:51

Observant avec attention et il faut l'avouer une bonne dose de crainte les mouvement de l’inconnu, le poiscaille réagissait un peu comme un détecteur de mouvement. Suivant le moindre fait et geste du garçon. ses lèvres claquants a plusieurs reprisent comme seul savent faire les carpes. La jeune femme quand à elle s’estimait très chanceuse de ne pas être tombée sur son premier prédateur Rêveur. Non pas qu'elle lui aurait confiée sa vie mais elle avait été un peu rassuré par la déclaration du type. La jungle frémit, pris vie. Les arbres se mouvèrent faisant craquer des branches restées trop longtemps inactives. Un peu comme un vielle homme aurait put le faire. Les feuilles tombantes seraient alors ses cheveux. Les lianes remplaceraient les rides et les marques de crocs et de griffes, les cicatrices. Crocs et griffes... La carcasse d'un tronc déchiqueté, les traces laisses là-bas, sur une grosse racine. Il y avait quelque chose de malsain dans ce lieu qui fit frémir la Kanehira entrainant sa chevelure dans un mouvement de panique qui n'avait rien avoir avec le vent.

Le pire dans cette épisode fut l'arrivée fracassante de la gamine. La Pieuvre fit un large bon en arrière, se recevant sur son séant. A défaut d'avoir sut réagir avec calme face a cette apparition elle avait au moins montrée un rare réflexe, d'une utilité douteuse. Une gamine que Sia identifia immédiatement comme la fauteuse de trouble qu'elle semblait être de toute évidence. Lorsqu'elle aborda la question du Grand Méchant Loup, la femme pieuvre blêmit. C'était donc peu-être la mystérieuse créature qui avait laissé derrière elle tous ces indices de violence. Sia se remise immédiatement debout, il était temps de ré-équiper Dannan de son fardeau, elle se devait d'être prête a fuir au moindre signe d'attaque. Bien trop inhabituée a ses facultés elle était en constant danger. Fuir semblait déshonorant mais restait ça seule chance de survie pour le moment. Ayant un brin de pitié pour le pauv' gars qui ne semblait rien voir du danger elle pris a son tour la parole, ignorant leur petite conversation.

- Le Loup dont tu parlait là ! Il doit pas être très loin. J'ai vue des marques... Des traces de son passage. Je suis loin d'être une experte mais filer en vitesse me semble la meilleur option. Regarde.

Elle pointa d'un doigt les branchages, troncs et racines où apparaissaient les preuves. Son autre main occupée à refourguer au Ballon vivant son fardeau. Ce dernier avait lâché l'homme du regard pour obéir aveuglement a sa maitresse en toute quiétude. Sa paix intérieur de grand maître Tai-Chi enfin recouvrée. Maudit poisson ! C'est un peu comme si il avait abandonné le combat de la vie avant même qu'il eu lieu, laissant à la jeune femme le soin de le garder sain et sauf.


_________________
L'urgent est fait, l'impossible est en cours. Pour les miracles, prévoir un délai...

Shazoo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'entends le loup, le renard et la belette | Pv   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'entends le loup, le renard et la belette | Pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» j'entends le loup le renard et le coq chanter :: feat Kazuya
» 'Le loup, le renard et la belette' (Christian de Sudermanie)
» [Flashback] Les loups, le renard et la belette [Rp avec Mike Tay]
» Loup y es-tu? M'entends-tu?
» Petite nouvelle du Renard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum